à l’aller le contre-jour

à l’aller le contre-jour
les yeux noyés par le soleil
amplifié du miroitement de l’eau
au retour nos ombres longues
nous précèdent sur le sable
et caressent l’écume des vagues
et nous-deux
et le chien
déambulons ainsi
dans l’évanescente beauté
de la mer et ses lumières
à chaque instant émancipées

© jean-marin wibaux