sardine en sourdine

Bibelots : 1 chat endormi entre deux tasses de terre cuite avec des poissons incrustés : le rêve de Grundig, le chat qui dort sur une radio vintage

et autres songeries félines

thon et saumon
mulet et limande
maquereau et cabillaud
toutes écailles bienvenues
sauf celles du poisson-chat
usurpateur d’identité
roussette et dorade
merlan et merlu
orphie et lançon
telles sont les gâteries
qui nourrissent les rêves
du chat endormi
quand la radio bourdonne
une comptine océane

© jean-marin wibaux

Le renard et le mouton

le renard et le mouton

Fable de Johan de La Fuitedo

un mouton contait fleurette aux marguerites d’un champ
quand soudain de derrière les fagots apparu un renard
l’animal sauvage s’approcha du frisé domestique
et lui tint ce discours sur un ton ironique
mais que vous êtes joli,
combien ce frisottage
honore votre corsage
quelle belle mise en plis
des bouclettes de star
quel dommage d’être coincé
entre les clôtures de ce pré
et de ne pouvoir ainsi faire admirer
au plus grand nombre votre moumoute
mais le mouton n’entendait rien à la coquetterie
ni aux moqueries d’un campagnol à grosse queue
et qui plus est de sale humeur ce matin-là
il envoya bouler le canidé d’un grand coup de sabots
et s’engouffra illico une bouchée de pâquerettes

comme quoi

ne faites pas le malin face à l’ovin rabat-joie
si vous voulez garder un brin de quant-à-soi

© jean-marin wibaux

Pelican

Galet peint : coccinelle souriante en mémoire de Gotlib

Bonjour les amis !
Je voudrais vous parler du pélican. Car je suis bien sûr que vous ne savez rien du pélican. Personne ne connaît le pélican. Moi-même, je veux bien être pendu si je possède le moindre soupçon d’indice d’information concernant ce rongeur.
Mais je suis le genre de gars qui aime bien faire profiter les autres de son ignorance.

Enfin, pour terminer cette brève description, ajoutons que le pélican est, avec le kangourou, le seul oiseau qui possède une poche ventrale sous le bec.

Gotlib
Rubrique-à-brac

Au commencement, Dieu créa le chat à son image.

Chat veilleur de bibelots (de chat)

Au commencement, Dieu créa le chat à son image. Et bien entendu, il trouva que c’était bien. Et c’était bien d’ailleurs. Mais le chat était paresseux. Il ne voulait rien faire. Alors, plus tard, après quelques millénaires, Dieu créa l’homme. Uniquement dans le but de servir le chat, de lui servir d’esclave jusqu’à la fin des temps.

Au chat, il avait donné l’indolence et la lucidité ; à l’homme, il donna la névrose, le don du bricolage et la passion du travail. L’homme s’en donna à cœur joie. Au cours des siècles, il édifia toute une civilisation basée sur l’invention, la production et la consommation intensive.

Civilisation qui n’avait en réalité qu’un seul but secret : offrir au chat le confort, le gîte et le couvert.

Jacques Sternberg
Les esclaves / Contes glacés