Les brise-lames de Saint-Malo : 12 contes marins

Photo des visages cachées dans les veinures du bois des brise-lames de Saint-Malo

La ville de Saint-Malo a les pieds dans l'eau de la Manche et le coeur ancré dans les terres de Bretagne ; pour limiter l'impact de l'océan sur ses quais, des troncs d'arbre ont été plantés dans le sable en guise de brise-lames ; le courant des marées, les tempètes, le sable, le sel et le vent en façonnent le bois, l'usent et le transforment jusqu'à y faire aparaitre d'étranges leures et portraits.

Vous trouverez ci-dessous une sélection de ces sculpures empreintes du temps traduites en contes marins, à lire en survolant les images. Sur grand écran, un clic permet de passer à la photo suivante ; éventuellement.

Portrait de bois de brise-lame de St-Malo : le Barbouilleur égaré

Le Barbouilleur égaré

Hoël avait une obsession : peindre la mer, ses remous, sa houle, ses moutons. Le front ridé, le regard tantôt hagard, tantôt acéré, la peau creusée par le soleil, sur son visage se lisait le fourmillement incontrôlable de ses émotions. Les jours d’angoisse, il traçait sur la toile par de violents coups de couteau la turbulence des masses d’eau tourmentées par le vent et les courants. À ses rares moments de quiétude, il créait des ambiances monochromes dont le minimalisme se trouvait parfois discrètement froissé par le scintillement d’une risée vagabonde.

Si ses oeuvres relataient à merveille tous ses écarts d’humeur, ce travail pictural à la bordure de l’abstraction effrayait ses congénères, qui gardaient avec lui une dédaigneuse distance, et le surnommaient le Barbouilleur égaré.

Quand un riche collectionneur lui acheta à prix fort un tableau de grand format, notre peintre put acquérir le canot de ses rêves. Suffisamment joufflue pour pouvoir transporter son équipement d’artiste, gréée d’une petite voile aurique, cette embarcation lui permit tous les jours d’approcher au plus près les vagues qu’il admirait tant.

Une veille d’automne, la nuit tomba sans son retour. Au matin, son bateau apparut à la dérive. À l’intérieur, une toile encore vierge et au dos du châssis ces quelques mots, elle m’appelle chaque jour et ce jourd’hui je plonge. La mer garda son corps comme sa dernière esquisse.

Toutefois, les anciens disent que son âme trouva refuge dans les brise-lames de Saint-Malo.

Images et textes de ce site © Marin Wibaux

... En savoir plus sur l'auteur de ces images ?

Aucune photo de ce site Internet n'est à vendre. Ces images et contenus éditoriaux ne peuvent faire l'objet d'aucune utilisation commerciale. Pour tout autre projet (personnel, non lucratif, associatif...), merci de me contacter pour obtenir une autorisation à la reproduction de ces contenus.

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.